vendredi 25 janvier 2013

Droit de copie





Bacchus, plâtre. Env. 1815. Cour de l'Hôtel Titon. 58 rue du Faubourg Poissonnière, IXe ardt.


 Où les citoyens mouleurs, oubliés dans la loi protégeant le droit d'auteur, s'émeuvent des copies infâmes des surmouleurs, véritables corsaires habitués à vivre de proie et de butin...





Pétition des citoyens—mouleurs tendant a obtenir Ie bénéfice de la loi du 19 juillet 1793 sur la propriété artistique, an II



Petition des Citoyens Mouleurs a la Convention Nationale


Citoyens Représentants

La loi du 19 juillet qui garantit la propriété des auteurs d’écrits, compositeurs de musique, peintres et dessinateurs, a omis Ies sculpteurs et Ies mouleurs. C‘est cette omission que nous venons vous prier de réparer.

Le moulage est a la sculpture ce que l'art typographique est à la littérature, c'est lui qui multiplie les productions du ciseau. L‘art du mouleur n'exige ni les dons du génie, ni les talents de l'imitation, ni l’étude de la nature. Ce n'est que par des procédés mécaniques qu'il parvient à reproduire les empreintes de tous les genres de sculpture. Mais ce mécanisme est difficile et demande une longue expérience. Le moulage d‘une figure exige aussi des avances de temps, de soins et d’argent assez considérables. 


Bacchus, plâtre. Env. 1826.
Hôtel Bony, 32 rue de Trévise, IXe ardt.

Bacchus, plâtre. 1831.
3 rue Soufflot, Ve ardt.



Cependant, à peine un mouleur a t-il mis au jour quelques exemplaires de la figure dont le sculpteur lui aura cédé le droit de moulage, qu'une race de frelons s'empare de sa propriété. Nous parlons de ces surmouleurs, véritables corsaires habitués a vivre de proie et de butin. lls se saisissent d'un de ces exemplaires sur lequel ils font ce qu'on appelle un surmoule'. Bientôt ils inondent la capitale et les départements d’empreintes difformes et contrefaites, dégradent par ces contrefaçons les ouvrages de l'art et par le rabais auquel ils vendent décourage les entreprises des véritables mouleurs.

Depuis longtemps les mouleurs gémissent de cette violation de propriété, mais en réclamant leurs droits ils ont aussi l'avantage de plaider la cause des sculpteurs.

Le statuaire n'a pas toujours l'occasion de développer ses pensées en marbre ou en bronze, le plâtre, matière moins belle et moins durable, lui présente Ie moyen économique de les communiquer au public, d'en trafiquer et de les reproduire en les multipliant. Si le statuaire. comme il arrive souvent, fait les avances du moulage, il est intéressé de même que les mouleurs a la répression de l’abus que nous vous dénonçons.

Peut-être se consolerait-il des pertes que ce brigandage lui fait éprouver si son honneur ne se trouvait encore compromis par l'inhabileté de ces ignorants qui, non contents d'exercer impunément Ieur trafic de piraterie, semblent prendre à tâche de déshonorer les fruits de leur rapacité. Sous leurs mains avides et barbares, les chefs d'oeuvres même de l’Antiquité, ces monuments devenus le code des proportions de la nature et des principes du Beau, travestis, mutilés, violés, estropiés de toutes les manières possibles, ne présentent plus au bout de quelque temps que des traductions mensongères propres a égarer le jeune étudiant et méconnaissables même aux maîtres de l’art. 


Bacchus, plâtre. 1ère moitié du XIXe s.
105, avenue d'Ivry, XIIIe ardt.
Bacchus, plâtre. Immeuble de 1826.
140, boulevard Richard Lenoir, XIe ardt.



Nous laisserons a ceux-ci le soin de vous développer avec plus d‘énergie le tort que les arts et les artistes reçoivent de ce genre de brigandage. C'est un bonheur pour nous que notre cause ait pu se lier à la leur.

Mais il doit nous suffire de vous avoir montré un ancien abus échappé a la hache de la Révolution, de vous avoir dénoncé une manifeste violation de propriété pour que nous espérions de vous la protection que des citoyens patriotes industrieux et laborieux n'ont jamais réclamée en vain auprès de vous. 


Bacchus, plâtre. "Maison des antiques",
5, avenue Aristide Briant, Antony, Hauts-de-Seine.


Nous demandons que la loi du 19 juillet 1793 soit applicable aux ouvrages des mouleurs, et que vous prononciez quelle peine ou quelles amendes encourra le contrefacteur qui, sans avoir obtenu la permission du propriétaire de statues ou de moules, sera surpris moulant, vendant et colportant des ouvrages en plâtre. »



[Transcription] de Arch. nat., F 17 1306 (dossier 1, piece 2250, 13 ventôse An ll /3 mars 1794).

Pièces adressées ou renvoyées au Comité de l'Instruction Publique. 

Texte tiré de L'atelier de moulage du Musée du Louvre : 1794-1928, de Florence Rionnet, 1996


Bacchus (?), plâtre. Rue ouverte en 1852. Il semble qu'on ait substitué une ancre au thyrse pour faire de cette statue une allégorie de l'Espérance, une allégorie de la Charité lui faisant pendant. 17, rue Puteaux, XVIIe ardt.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire